Prévenchères et la forêt
par Emile Jourdan

Prévenchères en LozèreEn dehors des récentes plantations de l'Etat, la commune de Prévenchères ne possède presque pas de forêts. Quelques lambeaux parfois troués par des coupes s'étendent au Nord près de la Molette. Des bois de hêtres se trouvent à l'ouest du Ranc, de l'Hermet et du Crouzet.
Le chêne, le hêtre, le pin et le sapin poussent cependant très bien dans ces terrains et à cette altitude. Il fut un temps où les forêts devaient occuper de vastes espaces.
Le Roure, Alzons ont sans doute tiré leur nom du lieu où les chênes et les aulnes étaient nombreux. Quelques noms de quartier peuvent indiquer l'endroit où se trouvaient des forêts: Serre des Rouves, La Rouvière, Pré des Bois, Bois du Seigneur, la Fabresse, Bosque Fru, Grand Bois, Le Bois, Champ Bousquet, etc... Ils se trouvent surtout au nord, à l'ouest et à l'est de la commune. Mais d'autres quartiers situés entre ceux-ci indiquent des près (Le Pastural, Prat des Porcs, etc...), des champs (Champ de l'adret, les Civadières, la Rabière), des rocs (Chap del roc, Travès del roc ), des champs de pierres (Clapeirou, la Lichière). La forêt ne s'étendait donc pas d'une façon continue au moment où ces noms ont été donnés et les noms des quartiers ruraux sont généralement anciens.
La carte de Cassini montre qu'au XVIIIe siècle une forêt s'étendait du nord à l'ouest de la commune. Mais dans tout le reste du territoire il n'y en avait pas plus qu'aujourd'hui.
En 1724, les pouvoirs publics ordonnèrent une enquête  dans toutes les communes du Gévaudan sur la qualité de bois et de terres communes afin de prendre des mesures "pour rendre le bois de charpente proportionné aux besoins de l'Etat".
Le rapport sur la paroisse de Prévenchères (1) nous apprend que "dans le terroir au lieu de Prévenchères il y avait autrefois un bois de chênes blancs de la contenance de cent cesterées qui a esté détruit et il n'y reste a présent que de la broussaille". Et plus loin: "A la plaine du Rour, il y a environ 2.000 cesterées de terres vaccantes qui ne produisent que de la bruyère et quelques genêts où il y a eu autrefois des bois de pins".
(1)Etat des vaccantes, bois et communaux de la paroisse de Prévenchères. Archives de la Lozère, C. 486.
Prévenchères en LozèreLe rapporteur n'indique pas la forêt de hêtres du nord de la commune. Il dit aussi : "Les ravines ont emporté la plus grande partie de la terre et n'y reste que les rochiers". Et plus loin : "Le lieu dit de Prévenchères a une grande étendue de terrain inculte et ruiné par les inondations n'ayant lieu d'espérer qui puisse produire arbres ni autre chose".
C'est bien la même chose aujourd'hui. Au début du XVIIIe siècle les forêts n'étaient guère plus étendues qu'actuellement. Quelques déboisements récents venaient sans doute d'être effectués. Une seule vaste forêt se trouvait au nord et à l'ouest de la commune. Il n'en reste plus que des lambeaux. La forêt a donc très peu reculé depuis.
Le déboisement paraît très ancien. Le rapporteur de 1724 écrit : "Dans tous les autres lieux de la paroisse il y a du terroir propre a mettre des arbres qui y réussiraient infailliblement si les troupeaux de bêtes a laine et les chèvres estaient privés d'y paître, ce qui serait un notable préjudice aux habitants de la paroisse qui n'ont ni commerce ni autre bien pour subsister et payer leurs charges que le revenu de leurs troupeaux".
Voilà la cause du déboisement. Il faut des pâturages pour les troupeaux. Les forêts ont disparu il y a bien longtemps parce que le troupeau les a peu a peu détruites et on n'a pas voulu les reconstituer. Moutons autochtones et transhumants avaient besoin de beaucoup d'herbe. S'il reste quelques lambeaux de forêt c'est que leur disposition n'ont pas été nécessaire. Un certain équilibre s'établit entre la surface des pacages, le nombre de moutons et la quantité de bois à entretenir pour subvenir aux besoins du chauffage.
Les habitants du Crouzet possèdent à l'ouest de leur village, sur la pente tournée vers le nord, une forêt divisée en lots. Dans son lot particulier, chaque habitant a le droit de couper du bois ou de planter comme il l'entend. Dans la commune on se chauffe au bois et non au charbon, même avec un fourneau de cuisine. Aussi la forêt est elle assez bien entretenue. De temps à autre on y replante des arbres.
Prévenchères en LozèreAu Sud-ouest, dans le territoire de la commune d'Altier s'étend la forêt de Malanèche, l'une des plus vastes de la région. Cette forêt appartient à un seul propriétaire. Mais les habitants des hameaux voisins conservent certains droits sur cette forêt. Dans la commune de Prévenchères, les habitants du village du Crouzet apportent chacun chaque année 22 litres de blé (1) au propriétaire de la forêt, ce qui leur donne le droit de faire pacager le troupeau commun, de prendre du bois pour leur chauffage personnel et de ramasser la feuille des chênes blancs pour la nourriture de leur bestiaux. Ils n'ont pas le droit de couper du bois pour la vente.
(1) On appelle encore aujourd'hui blé au village du Crouzet tout ce qui sert a faire du pain: blé, seigle, orge. Ici le blé désigné est souvent du seigle.
Les habitants du village voisin, le Rieu, donnent chacun au propriétaire de la forêt de Malanèche 22 litres de blé et 5 litres 5 d'avoine. Ils ont les mêmes droits et de plus, ils peuvent prendre, en plus de leur chauffage, du bois pour fabriquer une poutre, un timon, un petit outil.
Ces vieilles coutumes permettent de supposer que de vastes forêts communes s'étendaient autrefois à l'ouest du territoire de Prévenchères. Elles ont été peu à peu détruites par l'exploitation personnelle et par le troupeau. Cette destruction est sans doute très ancienne.
Le problème du reboisement s'est posé dès le jour où la forêt a été détruite. L'enquête de 1724 avait pour but de reboiser. Les désastres causés par les inondations sont aussi anciens. Il a fallu attendre la fin du XIXe siècle et le début du XXe pour voir s'effectuer dans nos Cévennes les plantations de l'Etat. Ces plantations n'ont d'ailleurs peut-être été possibles que grâce au déclin de la transhumance. L'administration des eaux et forêts possède aujourd'hui à Prévenchères 718 hectares de forêts dont la plus grande partie se trouve à l'est de la commune.
Là sur un plateau ondulé s'étendent des plantations de pins sylvestres, de pins à crochets, de sapins et d'épicéas faites de 1900 à 1904. Elles ont réussi surtout dans les vallonnements. A l'ouest et au nord de la commune, d'autres plantations ont été en partie incendiées par les bergers.

L'Etoile Chambres et tables d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), les sentiers Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Roujanel, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.